La nuit juste avant les forêts, de Bernard-Marie Koltès

Vu

Avec Guillaume Tobo et Bastien d’Asnières ( musicien)
Mise en scène : Cécile Rist
Assistants : Gilles Comode, Mélanie Carrel-Colomb
Collaboration aux lumières : Gonzag et Émilie Nguyen
Conseiller au mouvement : Matthieu Gaudeau
Chargée de communication : Fleur Breteau
Chargée de diffusion : Emmanuelle Dandrel
Chargée de production : Charline Monteil
Relation presse : ZEF / Isabelle Muraour et Émily Jokiel
Production : compagnie BordCadre

Durée : 1h25

Les 06 – 07 – 12 – 13 – 14 – 19 – 20 – 21 mai 2022 à 20h30

Un hold-up scénique

La nuit. La pluie.

Un homme accoste un inconnu dans la rue.

Il lui parle de travail, de putes, d’argent, de salauds, de flics, d’armée, de politique, du Nicaragua, de la jouissance impossible et du rêve fou d’un peu d’herbe où poser ses fesses ne serait-ce qu’un instant…

Quel titre ! Mystérieux et sombre, promesse de poésie, de peur et de secrets. Un titre qui évoque l’ombre et les arbres, or nous voici plongés sous les lumières blafardes de la nuit urbaine. Koltès écrit en 1977 ce texte brûlant – aujourd’hui politiquement explosif à l’heure où l’Autre est un étranger.