L’imaginaire de la Nuit – Lundi 16 mai de 19h à 22h

Vu

Présentation de la revue Les Cahiers européens de l’imaginaire, n° 10 consacré à l’imaginaire de la nuit 

AU PROGRAMME

  • Conférence de Patrick Tacussel, professeur de sociologie à Montpellier, L’imaginaire nocturne
  • Lecture par Charles Gonsalez de différents extraits de la revue : 
    – Jean-Pierre Luminet, Traces de nuit (p.191) Avec les lumières des villes, le monde contemporain est cependant en train de « tuer » la nuit …. L’éclairage artificiel efface peu à peu le panorama de la nit et provoque une gigantesque perte de sens.
    – Françoise Py, La nuit est un univers, La nuit plus belle que le jour, écrit Victor Hugo … L’atmosphère a comme l’océan son flux eet son reflux, plus gigantesque encore et montant, tumeur énorme, vers la lune » (P. 30 et 31)
    – Hélène Strohl, L’indivision originelle (P.86) Ces mères connaissent les bienfaits approuvés par la science de l’allaitement, mais ce n’est pas ce qui les pousse à s’engager dans cette aventure singulière et quelque peu magique. .. Il se pourrait que la naissance ne soit en quelque sorte qu’une première coupure, une première irruption dans le monde diurne, compensée chaque nuit par le retour à l’indivision originelle, celle de la puissance divine des mères enfantant ».
    – Pablo Cuartas, L’obscurité, la mémoire et l’oubli, (p. 102) Puis-je associer librement la nuit et l’oubli ? … que Freud n’a pas décrit : celui du temps qui passe.
    – Manuel Bello Marcano, L’architecture de la nuit et la faune crépusculaire, (P.178) Pister un animal dans la nuit, dans un milieu très humain comme celui de la ville n’est pas une tâche facile…. Une architecture faite de son, de temps et d’animalité, plutôt que de vision, d’espace et d’humanité. »
    – Vincenzo Susca, Danser sur les ruines, (P. 71), D’où l’euphorie jaillissante des pratiques culturelles contemporaines ainsi que la sensation de catastrophe qu’elles éprouvent continuellement, deux états confondus dans une même lueur aussi attirante qu’inquiétante… caressant la mort, pour ensuite accueillir et inaugurer la résurrection de la chair, la nouvelle chair.
    – Aurélien Fouillet, Du régime nocturne de l’image, p.22, Nyx, déesse primordiale : où il est question de comment la nuit vit le jour… C’est une façon de répondre à notre interrogation de départ : que contient, que cache la nuit ?
  • Débat : Tacussel, Fouillet, sur l’imaginaire de la nuit

La conférence et les lectures seront accompagnées par la projection d’images de la revue.