FESTIVAL EFFET DE C.E.R (Cinéma. Ecologie. Résistance) du 15.11 au 17.11

Vu

Comme chaque année, l’écologie est à l’honneur au 100ecs.

C’est un moment de rencontres et d’échanges artistiques et engagés où l’expression d’une préoccupation majeure aujourd’hui, l’avenir du Vivant, est au cœur de ces journées.

 

 

Se renseigner

Téléchargez le catalogue

AU PROGRAMME

Vendredi 15 novembre 2019

19h15 Ouverture & présentation du festival par Erwan Weymeersch et Morgane Etoundi autour d’une collation.

20h00 : Projection KA’APOR,  documentaire de Nicolas Millet. (53 min, 2018)
« L’Amazonie est malade. Son cancer : la déforestation. Malgré les campagnes de sensibilisation et les multiples législations, la couverture forestière ne cesse de diminuer. Mais ces forteresses écologiques sont habitées par des populations qui, à l’instar des Ka’apor, ont décidé de prendre les armes … »

21h00 : Débat « Défendre l’Amazonie et les peuples de la forêt : Notre Affaire à tous ! « 
organisé par la coopérative PEPS , « Pour une écologie populaire et Sociale » Intervenants : Erika Campalo, présidente d « ‘Autres Brésil, », Elisabeth Pagnac, spécialiste de la forêt ainsi q’un membre de CSIA-Nitassinan (Comité de solidarité avec les Indiens) animé par Patrick Farbiaz

 Samedi 16 novembre 2019

Depuis 2005, la fabrique documentaire produit, réalise, programme et diffuse des œuvres documentaires (audio, vidéo, livre, web, exposition…), en explorant de nouvelles façons d’écrire et de partager. Nos productions, initiatives personnelles ou travaux de commande, engagent des points de vue d’auteurs. La fabrique documentaire privilégie les projets qui lui semblent de nature à nourrir la pensée, voire à infléchir le réel.

11h30 : Projection Le temps des forêts ; un film documentaire de François-Xavier Drouet. (1H43, 2018)
« Symbole aux yeux des urbains d’une nature authentique, la forêt française vit une phase d’industrialisation sans précédent. Mécanisation lourde, monocultures, engrais et pesticides, la gestion forestière suit à vitesse accélérée le modèle agricole intensif. Du Limousin aux Landes, du Morvan aux Vosges, Le Temps des forêts propose un voyage au cœur de la sylviculture industrielle et de ses alternatives. Forêt vivante ou désert boisé, les choix d’aujourd’hui dessineront le paysage de demain. »

13h15  : Débat « L’adaptation des forêts françaises au changement climatique « 
Avec : Philippe Gourmain, expert forestier et Adeline Favrel, Coordinatrice du réseau « forêt » au sein de l’association France Nature Environnement. Animation : Marine Cerceau  

14h30 : Projection BE’ JAM BE et cela n’aura pas de fin –  un film documentaire de Cyprien Ponson et Caroline Parietti, (1h24, 2017)
« Au Sarawak, l’un des deux États malais de l’île de Bornéo, « ceux de l’amont des rivières » sont les premiers touchés par la déforestation. Les Penan, naguère nomades, sont aujourd’hui dans le cœur du tourbillon : comment continuer à vivre quand tout s’effrite autour de soi, quand le paysage disparaît entraînant avec lui langue, pratiques, esprits ? L’apocalypse, c’est la fin d’un monde – l’amorce d’un nouveau. Le film, traversé par le chant de ceux qui se refusent cependant à abdiquer, raconte l’intime entremêlement de la vie douce à la lutte qui fait rage à l’ombre des grands arbres, et dessine les lignes de résistance des uns et des autres. »

16h00 : Débat « De Bornéo à l’Amazonie : les peuples autochtones face à la déforestation« . Intervenants : Cyprien Ponson et Meritxell Abellan Porte-parole de Survival International

17h00 :  Projection Le bois dont les rêves sont faits. Un film documentaire de Claire Simon. (2h24, 2016)
Il y a des jours où on n’en peut plus de la ville, où nos yeux ne supportent plus de ne voir que des immeubles et nos oreilles de n’entendre que des moteurs… Alors on se souvient de la Nature, et on pense au Bois. On passe du trottoir au sentier et nous y voilà ! La rumeur de la ville s’éloigne, on est dans une prairie très loin. C’est la campagne, la forêt, l’enfance qui revient. On y croit, on y est. C’est une illusion vraie, un monde sauvage à portée de main, un lieu pour tous, riches et pauvres, Français et étrangers, homos et hétéros, vieux et jeunes, vieux-jeu ou branchés. Le paradis retrouvé. Qui sait ?

19h30 : Débat : La forêt en ville, un espace à repenser.  Intervenants : Emmanuelle Pierre Marie, tête de liste écologiste du 12e, Pénélope Komitès, Adjointe à la maire de Paris, chargée des espaces verts, de la nature, de la biodiversité. Animé par Frédéric de Beauvoir.

20h00 : Collation péruvienne proposée par l’association Ayni- France.

Dimanche 16 novembre 2019

11h00 >15h00  : Brunch péruvien avec présentation du travail de l’association Ayni-France  et exposition et vente de l’artisanat Péruvien de l’association Color Andine.

Ayni France
Depuis plus de 50 ans, l’agriculture industrielle a accéléré la perte de biodiversité, a contaminé les sols et l’eau. Elle pousse à l’accaparement de terres, chasse les paysannes de leurs territoires et privatise les semences. Elle est responsable de plus d’un quart des émissions de GES. Son but premier est le profit ! Ayni-France est une association dont le but est de sensibiliser et de promouvoir la Souveraineté Alimentaire au Pérou en soutenant des projets de : mise en place de jardins potagers écologiques, aide à la récupération de semences paysannes et aide à la conception et au développement des projets agro-écologiques.

Color-Andine a été créé sur les principes du commerce éthique car nous sommes attachées à ce que nos artisans soient reconnus et payés correctement. Nous donnons la priorité à l’utilisation de matériaux écologiques qui ne nuisent pas à l’environnement et nous voudrions aider à la préservation du savoir-faire artisanal péruvien. Une grande partie des artisanats que nous vous proposons sont des pièces uniques, en général faites à la main, et qui peuvent durer très longtemps si on en prend soin.

15h00 Projection: L’homme qui plantait des arbres. un film d’animation de Frédéric Back. (30 min, 1987)
Evocation de la vie d’Elzear Bouffier, berger qui entreprit un peu avant la Premiere Guerre mondiale de planter des arbres dans une région déserte aux confins des Alpes et de la Provence

16h30 : Projection : Arbres – un film documentaire de Sophie Bruneau et Marc-Antoine Roudil, (50 min/2002)
Une histoire de l’Arbre et des arbres à travers l’observation cinématographique de quelques spécimens : pourquoi voit-on toujours l’animal qui court sur la branche mais jamais l’arbre sur lequel il se déplace ?

CARTE BLANCHE à la Fabrique Documentaire

16h30 :  Projection : Braguino un film documentaire de Clément Cogitore (50 min/2017)
Au milieu de la taïga sibérienne, à 700 km du moindre village, se sont installées 2 familles, les Braguine et les Kiline. Aucune route ne mène là-bas. Seul un long voyage sur le fleuve Ienissei en bateau, puis en hélicoptère, permet de rejoindre Braguino. Elles y vivent en autarcie, selon leurs propres règles et principes. Au milieu du village : une barrière. Les deux familles refusent de se parler. Sur une île du fleuve, une autre communauté se construit : celle des enfants. Libre, imprévisible, farouche. Entre la crainte de l’autre, des bêtes sauvages, et la joie offerte par l’immensité de la forêt, se joue ici un conte cruel dans lequel la tension et la peur dessinent la géographie d’un conflit ancestral.

17h30 : Débat « Habiter la forêt, refaire société » . Intervenants : Damien Deville, géographe et anthropologue de la nature + en discussion avec le mouvement Désobéissance Fertile qui à pour vocation « à faire le lien entre détenteurs de projets et propriétaires de terrains afin de développer de nouveaux lieux et vivre au plus près de la Nature » (nous dit quoi dans le « semaines à venir)

18h30 : Clôture du festival Effet de C.E.R 2019

Partagez nos évènements